Louis Althusser : 16/10/1918 – 22/10/1990

Louis Althusser

Date de naissance : 16-10-1918
Date de décès : 22-10-1990
Cimetière : Cimetière de Viroflay, 1 Avenue de Vélizy 78220 Viroflay

Louis Althusser, né(e) le 16-10-1918, est décédé(e) le 22-10-1990. Son corps est enterré au Cimetière de Viroflay à Viroflay

Louis Althusser est un philosophe français et ancien membre du Parti communiste, né en 1918 à Alger et mort en 1990 à La Verrière dans les Yvelines. Althusser a procédé à un renouvellement solide de la pensée marxiste dans une optique souvent associée au structuralisme.

Louis Althusser est issu d’une famille catholique. En 1939, il est reçu à l’École Normale. Un an plus tard il se retrouve emprisonné dans un camp pour sous-officiers qui lui aura causé ses premiers troubles psychiatriques. Devenu membre du Parti communiste en 1948, Louis entretient des relations conflictuelles avec les autres membres et critique fortement le stalinisme. Et c’est pendant cette période qu’il rédige sa thèse dans laquelle il analyse la pensée hégélienne. Sa thèse lui permettra par la suite de passer à la critique des théories de Marx et de finir par publier “Montesquieu” qui colonisera une renommée internationale.

Suite à de nombreux séjours en cliniques psychiatriques et au cours d’une de ses démences devenues habituelles, Althusser étrangle son épouse Hélène Rytmann dans leur appartement de l’ENS. Une épouse avec laquelle il entretint des relations plutôt ambiguës. Althusser désigne Dominique Lecourt comme son représentant légal et est envoyé à un centre hospitalier. Il est donc déclaré irresponsable vu son état de démence au moment des faits. Cependant, en 1992, Althusser revient sur la genèse de cet acte dans son autobiographie “L’Avenir dure longtemps” en partie pour protester contre un article écrit par Claude Sarraute dans “Le Monde”. La tragédie est également adoptée à une pièce de théâtre en 2006.

De son vivant, Althusser ne publiera pas un grand nombre d’ouvrages, mais laissera bien plus d’inédits, tel que le montrent ses archives déposées à l’IMEC. Parmi eux, “Lettres à Hélène” en hommage à son épouse étranglée, “Journal de captivité” ou encore “Écrits sur la psychanalyse.
Sa relecture de Marx à la lumière de Spinoza l’excusera d’avoir déformé à sa manière la pensée marxiste.

Célébrités décédées la même décennie