Louis Aragon : 03/10/1897 – 24/12/1982

Louis Aragon

Date de naissance : 03-10-1897
Date de décès : 24-12-1982
Cimetière : Moulin de Villeneuve, Rue de Villeneuve 78730 St Arnoult En Yvelines

Louis Aragon , né(e) le 03-10-1897, est décédé(e) le 24-12-1982. Son corps est enterré au Moulin de Villeneuve à St Arnoult En Yvelines

Incontournable poète et romancier français, Louis Aragon a également été un militant politique communiste de la première heure. Né le 3 octobre 1897 à Neuilly-sur-Seine, il est l’incarnation vivante de deux grands mouvements culturels qui ont marqué le XXe siècle, le dadaïsme et le surréalisme. Uni à jamais à l’écrivain Elsa Triolet, il meurt le 24 décembre 1982 à Paris en laissant une oeuvre poétique et romanesque gigantesque à l’image de son combat idéologique pour le socialisme. Louis Aragon est un intellectuel qui aura été un résistant durant la seconde guerre mondiale et un combattant pour une société plus juste tout au long de son existence.

Jeune homme de bonne famille issue de la bourgeoisie protestante, Louis Aragon fait des études de médecine avec son ami André Breton avant d’être mobilisé au front lors de la première guerre mondiale. Il écrit alors ses premiers textes qui connaissent un franc succès et qui le poussent à poursuivre dans cette voie. Il participe alors à l’expérience intellectuelle des dadaïstes au début des années 20 puis il rejoint les surréalistes à l’orée des années 30. Membre du parti communiste français, il travaille comme journaliste à l’humanité jusqu’en 1933 puis à la Commune jusqu’en 1939. Militant contre le nazisme et le fascisme, ses écrits virulents dénoncent la montée des obscurantismes. Il sera d’ailleurs un résistant important malgré les tergiversations dues au pacte germano soviétique.

L’oeuvre poétique et romanesque de Louis Aragon est singulière navigant systématiquement entre surréalisme et classicisme. Son amour de toujours, Elsa Triolet, est au centre de sa vie et il l’honore d’un magnifique roman en 1942 : “Les yeux d’Elsa”. Son œuvre poétique a été reprise par de nombreux chanteurs tels que Georges Brassens ou encore Léo Ferré. Plus tard, le staliniste convaincu prendra du recul sur son engagement mais il ne quittera jamais le PCF jusqu’à sa mort.

“L’avenir de l’homme, c’est la femme. Elle est la couleur de son âme.” Louis Aragon – 1897-1982 – Le fou d’Elsa – 1963

Célébrités décédées la même décennie