Arman : 17/11/1928 – 22/10/2005

Arman

Armand Pierre Fernandez

Date de naissance : 17-11-1928
Date de décès : 22-10-2005
Cimetière : Cimetière du Père-Lachaise, 16 Rue du Repos 75020 Paris

Arman (Armand Pierre Fernandez), né(e) le 17-11-1928, est décédé(e) le 22-10-2005. Son corps est enterré au Cimetière du Père-Lachaise à Paris

Armand Pierre Fernandez est un sculpteur et peintre français né en 1928 à Nice et mort en 2005 à New York. Il fut l’un des premiers plasticiens à élaborer ses œuvres d’art à partir d’objets manufacturés.

Armand se passionne très rapidement pour le violon, les échecs et le dessin. En effet, son père lui-même amateur d’art, lui fait découvrir la peinture dès sa plus tendre enfance.

Après avoir obtenu son baccalauréat, Armand intègre l’École des arts décoratifs de Nice dans laquelle il étudie 3 ans puis entre dans l’école du Louvre. Il rencontre ensuite Yves Klein et Claude avec lesquels il s’intéressera quelque peu aux philosophies orientales. Chacun de ces 3 artistes signe son œuvre de son prénom en hommage à Van Gogh. Cependant, en 1957, Armand décide d’abandonner la dernière lettre de son prénom et rend officielle sa signature d’artiste lors d’une exposition chez Iris Clert. Armand devient donc Arman. Durant les années 60, il développe une carrière à New York. Il y séjourne d’abord à l’hôtel Chelsea puis dans un loft et finalement dans un immeuble dont il est lui-même le propriétaire. Armand possédait donc  une double nationalité, américaine et française.

En 1953, Armand fut marié à la musicienne Éliane Radigue dont il eut Anne, Marion et Yves. Il épousa ensuite Corice Canton avec qui il eut deux enfants, Yasmine et Philippe. En 1989, il assiste à la naissance de son dernier enfant Yves issu de sa relation avec Carrole César.

De son vivant, Armand ne cesse de se mêler aux expositions de créations contemporaines et de figurer dans divers happenings. Il fonde avec d’autres le groupe des Nouveaux Réalistes et est à l’origine d’une œuvre monumentale en hommage à Ferrari. Ses œuvres telles que “Le Quintet Mozart” et “Long Term Parking” de l’ex-Fondation Cartier à Jouy-en-Josas, une tour de 19.50 mètres constituée de véritables automobiles superposées les unes sur les autres, coulées dans le béton. Les Parisiens connaissent tous deux de ses oeuvres les plus emblématiques, situées de part et d’autre de la gare Saint-Lazare : l’accumulation d’horloges (L’heure de tous) et celle de bagages (Consigne à vie), qui font désormais partie intégrante de notre paysage urbain et qui servent encore très souvent de point de rendez-vous. Ses accumulations ont investi les espaces publics de près d’une centaine de villes du monde, ses oeuvres exposées dans les musées les plus réputés et collectionnées dans le monde entier.

Célébrités décédées la même décennie