Claude Autant-Lara : 05/08/1901 – 05/02/2000

Claude Autant-Lara

Claude Autant

Date de naissance : 05-08-1901
Date de décès : 05-02-2000
Cimetière : Cimetière de Montmartre, 20 Avenue Rachel 75018 Paris

Claude Autant-Lara (Claude Autant), né(e) le 05-08-1901, est décédé(e) le 05-02-2000. Son corps est enterré au Cimetière de Montmartre à Paris

Claude Autant-Lara est un réalisateur et député qui traversa le XXème siècle. Né le 5 août 1901 à Luzarches, dans le Val-d’Oise, il meurt le 5 février 2000 à Antibes dans les Alpes-Maritimes. Ses succès les plus notables restent aujourd’hui “Le Diable au corps”, en 1947, adaptation du roman de Raymond Radiguet, “L’Auberge Rouge”, “Le Rouge et le Noir” de Stendhal et la célèbre “Traversée de Paris” où il fit jouer de grands acteurs du cinéma français : Bourvil, Jean Gabin et Louis de Funès. Dès 1989, il s’engage en politique auprès de Jean-Marie Le Pen, inquiet de “la menace culturelle américaine”.

Fils d’Edouard Autant architecte et de Louise Lara de la Comédie Française, il découvre très vite le cinéma et se passionne pour cet art. En 1923, le jeune homme tourne son premier court-métrage “Faits-divers” produit par Marcel L’Herbier, et  dirige alors sa mère. 1929 marque l’année de son deuxième film “Construire un feu” d’après le roman de Jack London. Intéressé par les nouvelles techniques, il utilise le procédé d’anamorphoses et de l’hypergonar (plus connu sous le nom de Cinémascope). Déçu par un échec, il décide de s’exiler quelques temps aux Etats-Unis, il n’y restera finalement que deux années.

Son retour est ses nouveaux films connaissent alors un vif succès, les années 1940 -1950 se révèlent créatives et le réalisateur est salué par la critique. Il tourne avec les plus grands et se fait un nom dans la France entière. Anticonformiste et provocateur, il affirme «  Si un film n’a pas de venin, il ne vaut rien. » Pourtant, en son adaptation de « Le Rouge et le Noir », en 1954, lui vaut le déchaînement certains artistes de la Nouvelle Vague lui reprochent un cinéma dépassé. Déçu, il cesse toute activité de réalisation en 1970 après avoir tourné une quinzaine de films. Ses mémoires, « La rage dans le cœur », publiées en 1984, témoignent de son amertume.

Claude Autant fut président de la Fédération nationale du spectacle CGT durant seize ans, l’étonnement fut donc immense lorsqu’il annonça sa candidature aux élections européennes auprès du Front National. Les membres de l’Académie des Beaux-Arts lui demandèrent de ne plus siéger parmi eux. Le cinéaste Francis Girod qui le remplaça, prononça un discours élogieux sous la Coupole en 2003.

Célébrités décédées la même décennie