Maurice Pialat : 31/08/1925 – 11/01/2003

Maurice Pialat

Date de naissance : 31-08-1925
Date de décès : 11-01-2003
Cimetière : Cimetière du Montparnasse, 3 Boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris

Maurice Pialat, né(e) le 31-08-1925, est décédé(e) le 11-01-2003. Son corps est enterré au Cimetière du Montparnasse à Paris

Peintre à l’origine, Maurice Pialat est un des grands réalisateurs de cinéma français qui a marqué son époque par la qualité de ses films mais aussi par son intransigeance vis à vis de ses acteurs et de la critique. Sans concession avec les tenants du cinéma à la française, il a toujours marqué son hostilité à la nouvelle vague et aux cahiers du cinéma. Récompensé de plusieurs prix, Maurice Pialat détonne dans le paysage audiovisuel français et nombre de cinéastes contemporains se réclament de sa vision du cinéma qui privilégie l’affect et les sentiments à la narration. Né dans le Puy-de-Dôme à Cunlhat le 31 août 1925, il meurt le 11 janvier 2003 à Paris.

Passionné par la peinture, Maurice Pialat expose après la libération au “Salon des moins de 30 ans” mais il va rapidement abandonner sa vocation pour travailler de manière plus conventionnelle. Il achète cependant une caméra et réalise quelques courts métrages durant les années 50 puis 60 révélant de véritables capacités de metteur en scène et de réalisateur. Et c’est seulement en 1968 qu’il réalise son premier long métrage appelé “L’Enfance nue” qui obtient le prix Jean Vigo et qui est sélectionné à la Mostra de Venise. Il réalise alors une série pour la télévision française en 1970 et un second film 1972 “Nous ne vieillirons pas ensemble” qui connaît un succès critique et populaire immédiat.

Il réalise ensuite plusieurs films comme “Loulou” en 1979 qui se révèle être une introspection sur sa propre vie privée puis ” À nos amours” en 1983 qui révèle Sandrine Bonnaire au grand public et qui obtient le César du meilleur film et le prix Louis Delluc. Encensé ou détesté, Maurice Pialat ne laisse personne indifférent et il est hué par le public lorsqu’il reçoit en 1987 la palme d’or du festival de Cannes pour son film ” Sous le soleil de Satan “.

Ce génial réalisateur est un professionnel atypique qui a marqué le cinéma de son empreinte.

Célébrités décédées la même décennie