Jim Morrison : 08/12/1943 – 03/07/1971

Jim Morrison

James Douglas Morrison

Date de naissance : 08-12-1943
Date de décès : 03-07-1971
Cimetière : Cimetière du Père-Lachaise, 16 Rue du Repos 75020 Paris

Jim Morrison (James Douglas Morrison), né(e) le 08-12-1943, est décédé(e) le 03-07-1971. Son corps est enterré au Cimetière du Père-Lachaise à Paris

Le 8 décembre 1943 naît James Douglas Morrison, connu de tous sous le nom d’artiste de Jim Morrison.

Que ne voit pas ressurgir à cet instant le corps d’éphèbe de celui qui a tenu avec vigueur le micro des Doors ? Retour sur une vie dont la brièveté n’a d’égale que l’intensité. Le jeune Jim se fait remarquer bien vite en tant qu’élève brillant. Il se passionne dès le plus jeune âge pour la littérature (Blake, Joyce et la Beat Generation en tête) et la philosophie (Nietzsche ou encore Sartre).

Très tôt aussi, il participe à une expérience mystique durant laquelle il dit avoir été atteint par l’esprit d’indiens morts. Quoiqu’il en soit, il se révèle être un formidable narrateur, capable tout autant de falsifier ses propres faits biographiques que d’écrire de sublimes vers. En effet, son activité de chanteur ne doit pas éclipser son don pour la poésie : en plus d’être un parolier doué, il publie en 1970 le double recueil “The Lords and The New Creatures”.

En 1973, après des années d’excès en tous genres, peu de temps après les décès de Jimi Hendrix et de Janis Joplin, il rejoint le tristement célèbre “Club des 27”.

C’est au sein des Doors, qu’il co-fonde, que Jim sera le plus célébré, en officiant en tant que chanteur du groupe. Ses paroles incantatoires se surajoutent à une musique envoûtante mêlant les sons d’orgue de Ray Manzareck et les accords de guitare de Robby Krieger puissamment soutenus par les rythmes endiablés de John Densmore.

Aux côtés de ses comparses dont les talents sont manifestes, Jim n’est pas en reste quant à ses interprétations. Ses performances scéniques, accomplies sur fond de musique psychédélique, se remarquent sans peine, que ce soit pour irriter ou pour charmer l’assistance. Un regard perçant, des postures à la limite de l’érotisme et des danses assimilables à de véritables transes complètent un tableau déjà fort évocateur.

Leader charismatique tout autant que fabulateur, l’aura mystique de Jim plane sur le groupe à tel point qu’ils semblent ne faire plus qu’un : son départ brutal sonne la fin des Doors. Des expériences pour recréer le groupe sont bien tentées, sans succès véritable : Jim Morrison faisait bien partie de ces géants sans commune mesure.

Célébrités décédées la même décennie